Une année en barefoot

Barefoot. Voilà un mot que j’ai désormais beaucoup à la bouche. Marcher pieds nus et/ou avec des chaussures minimalistes n’avaient jamais été des solutions de chaussage adaptées pour moi ni pour mes patients. Nous portons des chaussures pour nous prévenir de blessures et avec le temps et finalement je ne vois en consultation que des gens qui ont des problèmes dues à leurs chaussures. L’équation est simple: l’idéal n’existant pas il doit donc se situer quelque part entre les deux.

Dans mon cas personnel, au départ je n’étais pas précisément partie pour effectuer un virage si radical. Je voulais surtout trouver des chaussures qui s’adaptaient à ma morphologie pour améliorer mon confort et éviter d’aggraver mes déformations. Finalement ce n’était pas si simple.

Je dis toujours à mes patients prenez des chaussures adaptées et puis voilà qu’en étant dans le même cas de figure je me rendais compte que c’était pas si évident de trouver. Le chaussage barefoot est devenue une première option puis finalement une belle découverte. J’ai appris à éviter les erreurs et à mieux comprendre ce qui me convenait réellement.

Cela a pris du temps de m’habituer, d’assumer et de défendre ce mode de chaussage. Voici donc un bilan de cette première année.


J’ai d’abord pensé et compris qu’une bonne chaussure devait maintenir, être renforcée, avec une semelle confortable et un petit talon de 2-3 cm. Ces informations , je ne savais même plus vraiment d’où elles me venaient. Est ce que c’était mon expérience personnelle, ma formation initiale de pédicure-podologue ou un peu des deux mélangés?

Revenons à la genèse:

J’ai toujours souffert des pieds , déformé beaucoup de chaussures où je n’ai jamais pu affirmer y être à l’aise. Je démarrais la trentaine avec des antécédents d’entorses de chevilles chroniques , des douleurs aux genoux (gonalgies) intermittentes et surtout deux grossesses.

Puis j’ai découvert les premiers forums sur les chaussures souples adressés au public qui avait enfin un mot d’ordre : la chaussure doit se rapprocher le plus possible de notre manière naturelle de marcher c’est à dire pieds nus.

C’est vrai qu’au travers de mon site, je m’interroge sur nos choix de chaussures et leurs conséquences. Au cabinet, chaque consultation est une nouvelle enquête où j’essaye de guider le patient à devenir acteur de sa santé et de ses choix en matière de chaussures car pour moi le deux sont grandement liés. Je n’ai donc pas pour but que de parler de chaussures barefoot mais des chaussures en générales.

J’ai tenté de vous présenter ici différentes solutions, présenter des marques qui s’adaptent aux différentes morphologies et qui permettent d’améliorer le confort . Force de constater que le chaussage idéal n’existe pas, il ne reste plus qu’à travailler sur un point essentiel qui est de bien apprendre à connaître nos pieds et identifier correctement nos besoins. Les miens étaient marcher plus , sans souffrir et en diminuant l’impact des chaussures sur mes pieds dans le long terme.


Ma première contrainte personnelle était la largeur de mes pieds . Je n’ai pas un gros pied mais par contre mais il s’évase vers l’avant et me provoque des douleurs terribles quand l’avant de la chaussure ne s’adapte pas à lui. Voilà un schéma simple pour résumer la situation:

img_0645

On voit que si l’on superpose la chaussure (oui c’est fait avec une de mes anciennes chaussures ), mon pied ne correspond pas à sa forme. On peut imaginer assez facilement que dans mon cas mes douleurs et sensations d’échauffements pouvaient avoir un lien avec le fait de porter quotidiennement ces chaussures. On voit clairement comment le pied se comporte (simulation sur le troisième dessin du schéma) et se place à l’intérieur. Ce qu’on imagine moins ce sont les conséquences à plus ou moins long terme.

Est- ce que c’est douloureux ?

Non pas tellement à l’essayage . Souvent en faisant quelques pas je ne me rendais pas forcément compte que cela n’allait pas. C’est d’ailleurs là une de mes premières  »erreurs ». De penser que si ça passe à l’essayage c’est que c’est bon …

Parce qu’après il faut marcher et là le monde se divise en deux catégories ceux qui supportent et ceux qui souffrent !

Dès que je commençais à marcher c’était parti : douleurs/ échauffements / ampoules/ douleurs ligamentaires au niveau des chevilles… les genoux qui commencent à brûler le soir au repos.

En analysant les dimensions de mon pied (voir l’article ici ) il était clair que les chaussures des commerces classiques ne s’adaptaient pas à mes pieds. Je pouvais tout tester niveau qualité rien ne s’approchait de leurs formes à eux.

Alors les retours enchantés , dithyrambiques des utilisatrices/utilisateurs de chaussures barefoot ont commencé à me donner envie d’essayer. La diversité de l’offre barefoot, des largeurs réalistes et un vrai espace pour les orteils plus la variété des styles proposée ont fini de me convaincre à faire un premier essai.

img_0643

Voici une des première simulation que j’avais faites pour me préparer à la suite .Si j’applique une forme réaliste qui prend vraiment compte de la morphologie de mon pied voici ce que cela donne.

Oui, je reconnais et je l’ai moi-même pensé au début cela ne fait pas rêver. Je suis donc partie dans l’optique de démarrer en sandales. Le casse tête des mesures pour effectuer une commande sur le net puis le choix restraints de marques adaptées à mes pieds m’ont poussé à tenter une commande chez drifter leather, une marque qui propose une offre de semi sur-mesure.

La sandale était un chaussage parfait pour commencer .

Sandales X , à retrouver en version personnalisable ici

Une chaussure simple en nubuck camel qui épouse le pied ,qui se porte un peu avec tout. Hyper confortable , un revêtement extrêmement doux , qui s’est patiné avec l’usage on le voit un peu sur la deuxième photo. Elles sont parties pour un deuxième été sans soucis.

⇒⇒ Les premières sensations furent un peu étonnantes . D’abord lié au poids de la chaussure , cette légèreté sous entend que la démarche va devoir s’adapter. C’est à l’extérieur et en marchant sur les trottoirs en ville qu’on se rend bien compte que notre démarche habituelle va devoir subir quelques modifications et que cela risque de prendre du temps. J’ai pris ce temps et j’alternais quand j’en ressentais le besoin avec des sandales à semelles plus épaisses .On ne tape pas franco du talon quand on a une semelle de 5-6 mm au pied (ou moins), c’est pas possible! Il faut donc progressivement laisser le temps au corps d’effectuer une modification dans sa manière d’attaquer le pas. Puis il arrive ce moment où on est vraiment bien , où j’ai pu marcher longtemps sans ressentir de gênes et cela c’est accompagné d’une sensation étrange (nouvelle) que ce sont mes orteils qui me propulsaient. Cette sensation je ne l’avais jamais perçu jusque lors et pour cause dans un chaussage classique sans boîte à orteils( la toe box) généreuses vous ne les utilisez pas ou plus beaucoup . Ils diminuent donc clairement leur fonction de propulsion. ET si je l’ai ressenti aussi intensément c’est que je ressentais un bien être en captant ces nouvelles sensations. Ce fut une saison agréable avec cette paire constamment aux pieds, j’aurai pu dormir avec car elle se faisait oublier et j’y étais bien.

Aucune douleur de tout l’été et me voilà qui rentre sur Paris reprend la pratique du vélo et par « confort » je remets une paire de tennis de la marque Converse. Sans prévenir mon genou se bloque , une douleur vive démarre et s’en suive plusieurs mois de souffrance régulière. J’ai consulté dans le mois qui a suivi et passé un IRM. Résultats peu rassurants: kyste meniscal , fissure et arthrose. Le chirurgien orthopédiste m’a offert très peu d’options kiné (pour une réeducation fonctionnelle), et si les choses n’évoluaient pas une infiltration. Impossible de pratiquer du sport, boîteries, douleurs de jours comme de nuit avec de grosses difficultés à trouver des postures assises confortables. L’enfer!

Je me mets en tête qu’il me faut absolument une paire de chaussure pour l’automne fermée et adaptée à mes pieds.

Modèle Plain toe derby , disponible et personnalisable ici

Je souhaitais une paire de derbies noires car ca se rapproche des mes habitudes vestimentaires. Comme d’habitude je ne prends pas de risques j’ai besoin d’un chaussage quotidien donc j’évite l’excentricité. Je repars avec la marque drifter leather.

A nouveau l’effet cendrillon au premier essayage. Je passe ma vie avec ces chaussures et j’adapte au fur et à mesure mon style vestimentaire . Je commence à essuyer un bon nombre de remarques allant du constat que j’étais définitivement une excentrique avec mes chaussures de babacools aux personnes qui m’arrêtent dans la rue pour me demander où j’achetais mes chaussures et aussi les regards de mes patients dépités quand je leur montrais ce qu’étais une vraie chaussure adaptée aux pieds.

Jusque février 2020, les douleurs aux genoux sont toujours présentes. Je me décourage pas je démarre un suivi chez un kiné qui pense que mon genou n’a rien a voir avec mes douleurs et insiste avec un travail ciblé sur mon dos. Résultats immédiats mais sur le long terme mitigés .

J’ai prévu de voyager à l’étranger dans un pays chaud. Je choisis un chaussage plus couvrant que mes sandales et j’investis sur un modèle à mi-chemin entre la ballerine et les babies.

Modèle Passion ballet , disponible et personnalisable sur commande ici

Aucun problème non plus avec cette paire. Après le voyage elles ont reintégré le placard en attendant les beaux jours.

Début 2020 , je viens à la rencontre de la marque wildling shoes qui me propose de tester plusieurs modèles. Semelles différentes , style plus sportif mais conquise par la souplesse et le confort. Je teste deux modèles dont je fais la revue ici.

Modèle Crane et Nebula . Vous pouvez retrouver mon avis sur les deux modèles dans l’article ici.

J’ai consulté orthopédiste, kiné mais c’est à la reprise du sport et au confinement que je dois finalement le salut de mon genou. Cela fait lien aussi avec une période de ma vie où j’avais plus de choix en chaussures barefoot et donc plus le besoin de revenir à mes chaussures inadaptées.

Le confinement démarre donc avec les deux paires ci-dessous qui sont très utiles entre la maison et le jardin (oui je garde mes chaussures à l’intérieur). Je jardine du coup pas mal pendant cette période mais je marche très peu. Les douleurs s’estompent de jour en jour alors même que je mets en place une routine de fitness d’une demi-heure 5fois/ semaine environ.

Sorti de confinement plus aucune douleur je suis ravie. Nous sommes en juin je peux donc quasiment jongler avec toutes ces paires et c’est déjà pas mal.

J’ai beaucoup porté les Crane à la fin de l’hiver mais depuis les Nebula me conviennent mieux car je peux les porter pieds nus (ma grande passion)

Nous voilà un an après ce démarrage et je commence le test des Leguano. J’ai rencontré Aurélie, qui est l’unique revendeuse de la marque Allemande en France. Elle est passionnée par le chaussage minimaliste et le présente comme un vrai art de vivre. Elle a à cœur de partager ses valeurs au travers de cette marque qui présentent beaucoup d’atouts.

Modèle GO , marque leguano disponible ici

Un design plus proche de ce qu’on peut voir dans les grandes marques concurrentes du sportswear. Elles ont également une semelle plus résistantes que mes drifter leather. A voir dans le temps celles qui tiendront le mieux.

J’ai beaucoup de chances d’avoir pu tester toutes ces marques, de commencer à proposer des alternatives adaptées à mon entourage enfants, adultes. Les gens commencent à comprendre mon discours et particulièrement ceux qui ont mal aux pieds commencent aussi à se laisser tenter pour un essai. Je ne suis pas en mesure d’affirmer si ce mode de chaussage conviendrait à tout le monde, le fait d’avoir une semelle si souple et si fine n’impacte pas mon confort bien au contraire. Le plus dur est pour les gens qui ont passé des années à porter des chaussures rigides et/ou avec des espaces pour les orteils insuffisants .Il est inutile de vous préciser que la marche est indispensable à l’homme et à sa santé et cela toute la vie durant. Maitenant à vous de voir combien de temps cela sera possible sans douleur.

Le sujet qui divisera encore et toujours c’est le style. A ce niveau je vous laisse juge, les retours sur instagram n’ont pas été tendre mais le débat est bien lancé. Je suis la première et pas la dernière à penser qu’être bien à la marche fait automatiquement changer votre regard sur le style d’une chaussure.

Bonne fin de week-end

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close